Pour se chauffer les cuisses et tester le matos, on est parti en écosse du 19 mai au 4 juin 2017. Dounia a choisi la destination dans l’idée de tester le matériel de pluie et heureusement le matériel fonctionne 😉

Sur nos 15 jours on a fait 9 jours à vélo et un peu plus de 600Km. C’est notre premier voyage à vélo, on a donc tout testé même de prendre l’avion avec 2 vélos. En fait ça se fait, on ira pas jusqu’à dire que c’est très facile mais c’est largement faisable. Pour ceux qui veulent notre retour d’expérience sur ce point on fera un article.

Arrivés à l’aéroport d’Edinburgh (prononcez : édinbraaa), on reçoit nos vélos et c’est parti pour 2h de remontage !

Puis direction Stirling en train, ici la majorité des trains sont thermiques. A Stirling, on dort chez notre tout premier warmshower Théo et Ashley. Pour ceux qui ne connaissent pas, warmshower est un réseau social qui permet aux voyageurs à vélo de se faire héberger et prendre une douche chaude chez un autre voyageur à vélo. Lui est Français, elle Canadienne, pas vraiment typiquement écossais, mais super rencontre. On passe la soirée à discuter de l’écosse et ils nous filent quelques tuyaux sur les routes et itinéraires à prendre.

Le lendemain matin on enfourche nos bicyclettes ! C’est partiii, à peine 10 minutes après notre départ voilà le résultat :

On est en Écosse ! Pas de doute mieux vaut s’équiper avant d’être trempé. La journée sera plus qu’humide, juste avant d’arriver à Strathyre on se prend une rincée de l’enfer ! Ouf la pluie s’arrête juste avant qu’on plante notre tente.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre premier camping à Strathyre

Partis de Stirling, on trace vers le Nord sur la piste cyclable en direction de Killin.

Petite pause déjeuner easy

 

Après direction Oban.

Sur la route vers Oban

Après 2 jours à pédaler sous la pluie et une première rencontre avec les midges (moustiques écossais) on arrive à Oban où on passe la soirée. Le lendemain on prend un petit ferry pour rejoindre Craignure sur l’île de Mull. On va jusqu’au bout de l’île à Tobermory. On essaiera de trouver un endroit pour faire du camping sauvage mais malheureusement la route qu’on prend nous mène droit à la décharge du coin. Trop fatigués pour continuer à chercher on finira par passer la nuit au camping.

Tobermory

Au petit matin, on va boire un thé dans une magnifique ferme conseillée par nos hôtes warmshower, la Farm of Cheese of Isle of Mull. Ne pas manquer le café de la ferme, les gâteaux sont délicieux tout autant que la vue !

Farm of Cheese of Isle of Mull

Farm of Cheese of Isle of Mull

On prend le ferry pour rejoindre Kilchoan toujours en direction du Nord. Le soleil est de la partie, on prend même des coups de soleils !

La route entre Kilchoan et Mallaig est, sans aucun doute, une de nos préférées. Ça n’arrête pas de monter et de descendre (rien d’infaisable) mais ça en vaut la peine ! en plus il n’y a presque personne, sauf un autre couple qui comme nous, voyage à vélo alors forcément on s’arrête et on discute. Voilà comment on a rencontré Tom et Fanny avec qui on a passé 2 jours.

Sur les conseils de Théo (Warmshower), on fait un détour jusqu’au château de Tioram où on recroise Fanny et Tom. On décide de dormir tous les 4 sur la plage. On passe notre soirée à parler voyage à vélo. Fanny en a deja fait plusieurs dont un tour d’Europe en solo et un France-Iran avec un copain.

Chateau de Tioram

 

Camping sauvage sur le plage avec Fanny et Tom

Au matin on quitte nos nouveaux copains, mais on sait qu’on les retrouvera à Mallaig. Juste avant Mallaig, on profite de l’océan. Après plusieurs kilomètres rien de tel qu’un petit bain dans de l’eau à 13°. Les plages avant la ville de Mallaig sont magnifiques : sable blanc et désertiques (peut être à cause de la température).

Après le bain il ne nous reste plus que 5km pour aller à Mallaig où on retrouve Fanny et Tom. L’endroit où on campe n’est pas aussi beau que la veille, on est juste à l’entrée de la ville sur un petit bout d’herbe, entre l’océan et la route. Le lendemain on quitte Tom et Fanny à Mallaig pour prendre le ferry vers l’île de Skye.

Arrivés fraichement le matin à Armadale (ile de Skye), on prend la route principale vers le Nord pour arriver à Portree. On comprend rapidement qu’on a quitté la superbe région isolée de Ardnamurchan pour une partie de l’écosse beaucoup plus touristique : double voies, plus de voitures et de camping car.

Petite route sans voitures entre Luib et Sconser

Le port de Portree

Après la ville on s’arrête dans un champ, sous le fameux Old Man of Storr. Pas de photo du camping sauvage, même si c’était magnifique. La raison est simple : les midgees! On les a trouvé plus féroces là bas que nulle part ailleurs. Ces moustiques-moucherons-kamikazes sont un cauchemar, en particulier au moment de monter et démonter la tente. Cerise sur le gâteau, les boutons apparaissent plusieurs jours après ! Heureusement Gab me sert d’anti-moustique 😉 !!

Pour résumer l’île de Skye, on a été plutôt déçu. C’est vrai que les paysages sont beaux mais on a largement préféré la région d’Ardnamurchan : moins de monde, paysages plus variés, routes plus jolies, et moins de midges (ce qui est un argument de taille). En bref, l’île de Skye en voiture ça doit être sympa, à vélo on vous conseille plus de prolonger votre périple dans la région Ardnamurchan.

Après cette expérience, on décide de quitter l’île de Skye en direction de Kylle of Lochals. On continue notre route jusqu’à Plockton un joli petit port de pêche. Après un bon Fish n chips, et sur conseil de la cuisinière, on dort en camping sauvage au dessus de la ville avec une vue imprenable sur la baie (et toujours beaucoup de midges).

 

 

Oui il y a bien des palmiers en Écosse (promis pas de photoshop :p )

On reprend la route cette fois-ci vers le centre de l’Ecosse pour atteindre la ville de Achnasheen où l’on doit prendre un train qui nous ramènera à Edinburgh.

 

Les écossais sont très cool pour le camping sauvage. De façon générale, tant que vous ne plantez pas votre tente dans un champ avec des animaux sans avoir demandé l’autorisation au propriétaire, vous pouvez pratiquement dormir n’importe où. Pour les camping-cars c’est un peu plus compliqué surtout dans les zones touristiques.

Dernier camping sauvage devant la gare de Achnasheen.

Vue depuis Achnasheen à l’aube avant de prendre le train pour Edinburgh.

De retour à Edimbourg on profite des 4 jours qu’il nous reste pour visiter cette fois ci majoritairement à pied. Les écossais sont vraiment super cool.