Le Turkménistan… Quand on pensait à ce pays au début du voyage, cela nous paressait bien loin. Et voila nous y sommes. Impossible d’avoir un visa de tourisme dans ce pays, nous devons nous contenter d’un visa de transit de 5jours. Il ne va pas falloir chômer pour traverser le pays (500Km) dans les temps.

On passe la frontière à Saraks le 24 avril.

Passage de frontière : On avait lu des blogs où les voyageurs avertissaient sur la difficulté du passage frontière avec beaucoup de fouilles et même certains douaniers qui visionnaient toutes les photos (autant dire que ça peut être très long) ! En tout cas en avril 2018 le passage frontière est beaucoup plus simple. On a mis 3h pour traverser les 2 frontières. Les sacoches sont passées aux rayons x, quelques une sont ouvertes et la trousse à pharmacie est passée au peigne fin pour voir si il n’y pas de morphine, codéine ou psychotrope (interdit). Mais rien de plus. Les douaniers sont plutôt souriants et sympathiques. Et quand Dounia traverse le pont pour passer au Turkménistan et est accueillie avec de grands sourires et une bonne poignée de main par les militaires waouuu ça fait du bien de sentir qu’on existe à nouveau ! Il faut dire qu’après 2 mois en Iran elle est vraiment heureuse de pouvoir avoir une conversation « normale » avec un homme. Donc finis le foulard, à moi les tee shirt et les shorts !

Une fois les formalités administratives finies, on attaque très motivés. C’est sans compter sur le vent de face. On atteint difficilement les 15km/h mais c’est surtout dur psychologiquement. Pour rejoindre Mary 2 solutions : une route en asphalte avec pas mal de circulation ou  une piste toute cabossée sans voiture mais un peu plus courte. Allez on fait les casses cous et on choisi la piste. Et bien ça secoue. A la fin des 100km quand on retrouve une route à peu près potable, ça fait du bien.

 

Nos copines du Turkménistan !

Ce pays principalement composé de désert, est extrêmement fermé, et pour cause il délivre un visa de transit uniquement de 5 jours. Le dictateur en place avec son sourire super bright est présent sur tous les frontons des bâtiments officiels. Il a aussi passé quelques lois qui ont fait parler de lui à l’international. La dernière en date : supprimer le permis de conduire aux femmes parce qu’elles provoquent trop d’accidents. Autant dire qu’on l’aime déjà beaucoup ! Finalement on a vu plusieurs femmes au volant.

Avec des campings à 30$ par tente et par nuit (oui c’est pratiquement aussi cher que la Norvège), on décide de faire 5 jours de camping sauvage… Même si avec 120km par jour on prendrait bien une douche tous les soirs. Au 5ème jours même les mouches ne nous approchent plus !

Après presque 2 mois sans alcool et une petite journée à 120km, la petite vodka turkmène c’est bien !

Le rayon vodka au Turkmenistan … 1 euros la bouteille de 50cl.

A nous le désert et les routes pleines de nids de poules !

Un petit dromadaire sauvage

Petite pause à Turkmenabat avec une famille turkmène en route pour l’école (les filles sont en habits traditionnels verts et des tresses, les garçons en costard cravate… ahh l’égalité !)

Après Turkmenabat, dernière ville turkmène, on passe la frontière sans encombre comme à l’aller. Quelques contrôles rapides des sacoches (mais aucun visionnage de photos) et nous voilà en Ouzbékistan.

Infos routes : saraks et denizhan la piste est vraiment très cabossée. Faut être prêt à être sacrément secoué. Sinon la route asphalté est à ce qu’il parait en bonne état. Même si c’est un peu plus long ça peut être une solution moins risquée pour le matériel.

Avant, pendant et après Mary la route est à peu près bonne. Ensuite ça redevient compliqué après Bayramaly et avant Turkmenabat.

Astuces

  • taux de change : Grace aux précieux conseils des précédents cyclos, on fait du change en Iran. En iran : 1 euros = 17 manats Au Turkménistan : 1 euros = 4 manats. Pour vous donner un ordre de grandeur on mange à 2 dans un resto pour 30 manats.
  • Cigarettes : les cigarettes valent une fortune ici. Du coup on a acheté 2 paquets de cigarette en Iran à 80 000 rial soit 1,5 euros et on les a revendu pour 7 euros. Il est même possible de payer les taxis avec (saraks- Mary 1 paquet de cigarette).

On a aimé :

  • Les turkmènes ont l’air très sympathique
  • les tortues !

On a moins aimé :

  • Avoir un visa que de 5 jours. On a été un peu frustré de pas avoir plus de temps pour pouvoir connaître un peu mieux les turkmènes. Le seul aspect positif c’est que le désert (qui est sacrément monotone) passe plus vite.